La fidélisation enquête quantitative

FIDELISATION_MULTIEQUIPEMENT
Catégorie :

Méthodologie : enquête téléphonique auprès de 1 000 ménages

Tarif de l'étude HT : 9000 €

Objectifs de l'étude

Objectifs

Identifier les principaux ressorts de la fidélité des clients dans la banque et l’assurance et analyser leurs préférences en matière de récompense.

- Dresser un bilan de l’impact de la Loi Hamon sur la volatilité des assurés deux ans après l’entrée en application.

- Déterminer l’impact potentiel de la Loi Macron sur la volatilité de la clientèle bancaire.

- Déterminer la prédisposition des clients à communiquer leurs données personnelles et à être accompagnés par leur banque et assureur à l’occasion de certains moments de vie.

- Évaluer le taux d’équipement actuel et potentiel des clients bancaires en contrats d’assurance et analyser le parcours de souscription des « bancassurés ».

- Apporter des éléments de chiffrage concernant la multidétention et identifier les leviers susceptibles de favoriser le multi-équipement des ménages.

2017-03-13 11_55_55-

SOMMAIRE :

- I. La volatilité de la clientèle bancaire face à la loi macron et la restructuration des réseaux d’agences.

- Quelles sont les principales raisons de la fidélité des français à leur banque principale ?

- Quel niveau de connaissance de la loi Macron par les particuliers ?

- La simplification des formalités administratives liée au changement de banque est-elle de nature à accroître la volatilité de manière significative ? Quels sont les profils les plus concernés ?

- Dans quelle mesure les banques en ligne sont-elles susceptibles de profiter de l’entrée en application de la loi Macron ?

- Dans ce contexte, quelle prédisposition des français à ouvrir un compte bancaire auprès d’un opérateur télécoms ?

- Quelle réaction probable des clients en cas de fermeture de leur agence bancaire ? Jusqu’à quelle distance maximum par rapport à leur domicile accepteraient-ils d’aller pour garder la même banque ?

 

- II. Bilan de l’impact de la loi hamon sur la volatilité des assurés deux ans après l’entrée en application.

- Deux ans après son entrée en application, quel niveau de connaissance de la loi Hamon par les assurés ?

- Dans quelle mesure la loi Hamon a-t-elle impacté sur le comportement des assurés en termes de négociation commerciale et de mise en concurrence ?

- Les assurés se montrent-ils plus attentifs aux offres commerciales qu’ils reçoivent ?

- Quelle part des contrats automobile et habitation souscrits au cours des deux dernières années s’est inscrite dans le cadre de la loi Hamon ?

- Vers quels types d’établissements, les assurés ayant changé d’assureur se sont-ils orientés ? Quelles sont les catégories d’acteurs « gagnants » vs « perdants » de la loi Hamon ?

 

 

- III. Les ressorts de la fidélité des clients bancaires.

-Quels éléments les français considèrent-ils comme le plus important pour rester client d’une banque ?

-Quelle importance du relationnel par rapport au rapport qualité – prix dans la fidélité à la banque ?

-Comment les français souhaitent-ils être récompensés de leur fidélité : tarification dégressive avec l’ancienneté, avantage             intergénérationnel… ?

-Quel intérêt des clients pour les programmes à points dans la banque ?

-Quel intérêt des français pour bénéficier d’un système de réductions auprès d’un réseau d’enseignes partenaires de la banque au travers de leur carte bancaire ?

-Quelle prédisposition des clients à ce que la banque utilise l’historique de leurs paiements par carte bancaire pour bénéficier de réductions personnalisées ?

-Quels sont les principaux axes d’amélioration attendus par les clients ?

 

- IV. Les ressorts de la fidélité dans l’assurance.

-Quels éléments les français considèrent-ils comme le plus important pour rester client d’un assureur ?

-Quelle importance du relationnel par rapport au ratio qualité – prix dans la fidélité à l’assureur ?

-Comment les français souhaitent-ils être récompensés de leur fidélité : tarification dégressive avec l’ancienneté, avantage             intergénérationnel… ?

-Quel intérêt des clients pour les programmes à points dans l’assurance ?

-Quels sont les principaux axes d’amélioration attendus par les assurés ?

- V. les évènements de vie et la transmission d’informations personnelles à la banque et à l’assureur.

-Quelles informations personnelles les clients sont-ils prêts à communiquer : coordonnées, situation familiale, évènements de vie, situation financière, projets à venir, centres d’intérêts ?

-Quels sont les canaux jugés les plus pratiques pour la mise à jour de ces informations (conseiller, espace privatif, téléphone, application…) ?

-Quelle légitimité des banques et des assureurs à accompagner leur client pendant les différents moments de leur vie ?

-Quel intérêt des particuliers à être accompagné dans leur vie quotidienne par leur banque et assureur ? (exemples : aide gratuite à la rédaction de « lettres types », service d’aide à la vente ou à l’achat d’un véhicule…).

 

- VI. la multidétention : chiffrage, profils et potentiel.

-Quel est le nombre moyen et le type de produits d’assurance détenus auprès de l’assureur principal ?

-Dans quelle mesure le niveau d’équipement diffère-t-il d’un type d’établissement à l’autre ?

-Quelle part des ménages détient au moins un contrat d’assurance auprès d’une banque ? Quels sont les produits détenus ? Par quels profils de clients ?

-Quels sont les principaux éléments déclencheurs de la souscription d’un contrat d’assurance auprès d’une banque ?

-Quelle est la prédisposition des « non-bancassurés » à souscrire un contrat d’assurance auprès d’une banque ? Sous quelles conditions ? Quels sont les principaux freins à lever ?

-Quelle prédisposition des français à s’adresser à leur assureur pour un besoin bancaire ? Quels sont les profils concernés ?

 

 

Demande d'informations